À propos de

Psycho-somatothérapeute depuis 2010, diplômée de l’EEPSSA, j’accompagne des femmes (principalement) dans leurs difficultés de vie par des techniques somato intégratives.

Mon parcours est atypique avec 12 de salariat comme technicienne qualité (Ah le monde des sous-traitants automobile !), une reconversion comme psycho-somatothérapeute et Accompagnatrice de Tourisme Équestre en 2007, l’animation d’un petit centre équestre rural (un rêve d’enfant) avec de l’équithérapie, la publication d’un premier roman en 2015 (pur-jus fantasy) puis d’un autre en 2017 (une histoire de chevaux, de chamans et de quête initiatique) et d’encore un autre en 2019 (un roman de développement personnel contemporain).

J’ai eu deux grands maîtres dans ma vie.

Le premier a été un cheval, un trotteur réformé de courses de 3 ans. Il m’a tout appris : comment devenir une meilleure version de moi-même, apprendre à écouter avec mon cœur, faire confiance à mon instinct, ne pas déléguer mon pouvoir personnel à d’autres, accepter les choses sur lesquelles on n’a pas de prise et enfin l’inéluctable quand il est parti rejoindre les prairies éternelles. J’avais 24 ans quand j’ai croisé sa route et il est parti à l’âge de 24 ans après une attaque cérébrale qui l’a laissé avec tout le côté gauche paralysé. Il m’a offert un ultime cadeau comme tout grand maître qui laisse son élève poursuivre sa route. Quand je lui ai demandé ce qu’il voulait que je fasse. Il m’a répondu : « Laisse-moi partir. »

Le second est mon propre corps. Il m’explique chaque jour à sa façon avec méthode et application quel est le meilleur équilibre pour lui et pour moi (le moi incarné dans cette vie). Pendant des années, je me suis évertuée avec les mêmes méthode et application à l’ignorer. Chaque maladie, douleur, accident furent l’occasion de me rappeler que je ne pouvais pas faire l’impasse sur les besoins de mon corps (de repos, d’activité, de nourriture qui lui convienne, d’écoute de son état, etc) Aucun de nous deux (corps ou moi incarné) n’étant rancunier, nous avons repris les bases d’un dialogue plus constructif pour avancer ensemble. C’est la magie de la vie : rien n’est statique, tout peut toujours changer en un instant.

Ma pratique s’appuie sur mes expériences de vie ainsi que sur celles de mes patient(e)s qui (comme par hasard) ont souvent fait écho aux miennes et sur une bonne dose d’ouverture d’esprit, de non-jugement et d’écoute active.

On ne peut bien accompagné que sur des chemins qu’on a parcourus soi-même avec une intention dénuée de tout volonté de contrôle.