Mes bonnes résolutions 2021.

En ce début d’année, pas mal de questions se posent pour moi. Suis-je thérapeute ? Suis-je écrivain ? Un hybride entre les deux ? Comment vais-je encaisser cette nouvelle année qui a l’air d’être un comique de répétition de 2020 ? Comment vais-je m’en sortir (financièrement, socialement, professionnellement) ? Et ma famille ? Mes ami.e.s ?

crédit photo : canva

Quand le mental s’emballe, revenir aux basiques (respiration, moment présent, ancrage) avant de prendre toute décision définitive. Oui, mais quand c’est chaque jour que ces questions se posent ? Quand c’est chaque jour qu’on n’a un peu moins de contrôle sur sa vie, un peu moins d’espoir d’un avenir meilleur (du fait de la décision de quelques uns qui nous gouvernent) ?

J’ai terminé l’année avec un déficit de joie, d’espoir. Je n’y arrive plus malgré tous mes outils, toutes mes connaissances. J’ai juste envie de me cacher au fond d’un trou, d’une grotte, d’une cabane perdue au fond des bois… Je croyais en la démocratie, je croyais en notre système de justice (pas parfait mais pas si mal), en notre système médical (un des meilleurs au monde), en notre système public. Aujourd’hui, je regarde nos décideurs, nos politiques démanteler nos institutions et je me sens triste. Les belles années sont-elles derrière nous ?

crédit photo canva

Où est le héro qui nous sauvera ? Où est celui ou celle qui aura le courage de se lever contre ceux qui font n’importe quoi pour quelques euros de plus ? Nulle part. Partout. Perdu.e.s dans la division (diviser pour mieux régner), dans le virtuel (du pain et des jeux), persuadé.e.s que quelqu’un d’autre fera le boulot.

crédit photo canva

Quand on a perdu tous ses repères, toutes ses croyances, que reste-t-il ? Il reste l’essentiel. Moi, nous. Chaque choix, chaque valeur que nous respectons impacte notre environnement direct puis de plus en plus lointain comme les cercles concentriques dans une mare. Nous influençons le monde autour de nous. Nous sommes créateurs de nos vies, créateurs de réalité.

Je ne prends plus d’engagement de nouvelle année depuis 1995, l’année où j’ai arrêté de fumer. Je crois que 2021 est une bonne année pour s’y remettre. Je m’engage à rester centrée, alignée, à respecter mes valeurs toute au long de l’année, et à garder le cap envers et contre tout.

crédit photo canva

Et vous ?

Quelle place pour les femmes ?

J’aime le partage, la solidarité, les interactions. Je suis un animal profondément social et ma formation de thérapeute est humaniste et intégrative.

J’aimerais que vous partagiez avec moi les sujets qui vous tiennent à cœur, vos questions fondamentales et que nous puissions confronter nos points de vue. Ce format sera bien plus intéressant et riche pour toute notre communauté.

Connaissez-vous le mythe de la caverne de Platon ? Ou l’autre version, celle de la ville au fond du puits ? J’aime bien l’allégorie de la ville au fond du puits :

Il y  une ville au fond d’un puits assez profond recouvert d’une grille en caillebottis. Il est impossible d’embrasser toute la vue sur la ville à travers le treillis sauf à se déplacer autour du puits et à regarder au fond depuis chaque position pour se donner une idée d’ensemble.

Vous saisissez le parrallèle avec la Vie ou les événements ? Moi j’adore cette image ! Je me la remémore souvent quand j’ai tendance à vouloir adopter un point de vue unique.

Un autre proverbe qu’une de mes amies prononce souvent dit d’ailleurs : qui n’a qu’un son, n’a qu’une cloche. (plus connu sous : qui n’entend qu’une cloche, n’entend qu’un son) Je ne compare personne à une cloche ! Je tiens à le préciser des fois que l’une d’entre vous l’aurait pensé. 😆

Je crois intuitivement et profondément que nous contribuons à l’état du monde actuel par nos états intérieurs. Je suis adepte du principe dérivé alchimique de ce qui est à l’intérieur (de nous) est comme ce qui est à l’extérieur. Pour que le monde aille mieux, ce n’est pas à l’extérieur qu’il faut agir mais à l’intérieur de nous. Ce qui ne nous empêche pas d’agir à l’extérieur. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit !!! Mais agir à l’extérieur sans avoir travailler sur son intériorité nourrit surtout les égrégores de séparativité.

Je crois au pouvoir des femmes, à leur vision moins manichéenne de la Vie, à leur capacité d’embrasser de larges points de vue. D’ailleurs le mythe (encore un) de l’homme chasseur fort et de la femme cueilleuse faible est tombé il n’y a pas si longtemps. Je vous mets un article qui en parle :

https://www.geo.fr/histoire/prehistoire-quelle-place-pour-les-femmes-189054

Je souhaite réellement partager quelque chose avec vous et créer une communauté active. Je vous répondrai personnellement. Ce n’est pas une annonce dans le vide, je tiens mes engagements pris, c’est une de mes règles de vie. Un bémol tout de même, je ne réponds qu’aux commentaires ou questions ayant un rapport avec le sujet. Je le précise parce que je reçois pas mal de trucs en anglais pour l’instant, ayant vocation de spam (mon impuissance érectile, mon classement SEO et autres sont envoyés direct à la poubelle).

Crédit photo : canva

Quels sont les sujets qui vous intéressent ? Quel problème auriez-vous besoin de confronter à l’avis d’autres femmes ou à mon avis ? Quelles techniques ou solutions avez-vous envie de partager ? Quelle est votre vision d’un monde meilleur ? Voilà quelques questions que je me pose. 😉

J’attends avec impatience vos réponses, remarques, commentaires.